Souvent, nous savons qu’un rêve est un rêve car nous estimons que, dans notre réalité, il est simplement impossible que ça soit réel. Et si, finalement, cette réalité était simplement bridée parce qu’on nous apprend depuis notre plus jeune âge que ce n’est pas possible ? Et que, en enfant bien élevé, au lieu de remettre en cause et de tester par nous-mêmes, nous avons simplement abandonné l’idée que ça soit possible ?

Parce que bon, ok, un humain qui vole a clairement la physique et la loi de la gravité contre lui. Mais pourquoi juste un peu d’attention, de chaleur humaine et le simple fait d’y croire ne soignerait-il pas des gens ? Pourtant l’effet placebo a été prouvé. Pourtant quand les gens ont le moral ils guérissent plus vite. Pourtant, les gens qui ont la foi supportent les choses plus facilement et ont de l’espoir. Alors pourquoi ça ne fonctionnerait pas ?

La limite entre le rêve et la réalité est souvent mince. Et il y a toujours ce moment de flottement, celui où on se réveille en sursaut après un cauchemar. Celui où on est bien réveillé mais que les bêtes sont toujours là. Celui où on a cette impression d’avoir ramené Freddy Krueger avec nous. Celui où seule la lumière nous aide à nous rendre compte que ce n’était qu’un rêve et qu’il n’y a personne à part un gros chat qui vient nous apaiser avec ses ronrons.

Sauf que pour Emma, lorsque la lumière se rallume, même si les bêtes et les monstres s’en vont, les bleus et les blessures restent. Elle les soigne depuis toute petite. Elle les a toujours justifié par sa maladresse (parce qu’elle pensait vraiment que c’était dû à sa maladresse et non aux monstres de ces cauchemars). “Je suis tombée dans l’escalier”, “je me suis coupée en faisant à manger”, “oui, j’avais pas vu le coin de table”.
Aux yeux du monde elle était battue. Par ses parents d’abord. Par ses petit-e-s ami-e-s ensuite. Plus elle tentait de se justifier, moins elle paraissait crédible. Alors, elle a simplement laissé couler. Après tout, si les gens avaient envie de penser ça qu’ils le fassent. Elle savait mieux que quiconque que les humains ne savent voir que leur vérité. Uniquement. Ils n’écoutent pas les gens, ne leur font pas confiance. Et elle pourrait donner toutes les meilleures explications logiques du monde qu’ils ne la croiraient pas. C’est comme ça qu’elle s’est éloignée de la plupart des gens. Elle savait qu’elle était atteinte du syndrome de Cassandre quand elle a été à la piscine à la petite école. La maitresse lui a demandé de venir la voir à la fin du cours.

– Tu sais, si tes parents te frappent il faut le dire car ce n’est pas normal.
– Oui oui je sais ça, mais pourquoi tu me dis ça maîtresse ?
– Les bleus que tu as sur le corps…
– Ah non je suis tombée dans l’escalier hier, c’est rien ça.
– Emma… il ne faut pas mentir tu le sais.
– Mais je mens pas !
– Tu seras punie !

Et elle se faisait punir. Elle n’a jamais compris pourquoi les gens ne pouvaient pas croire ce qu’elle disait. Elle ne savait pas mentir, alors avoir le syndrome de Cassandre était plutôt ironique…

Comme le résume Wikipédia, le syndrome ou complexe de Cassandre désigne les situations où on ne croit pas ou ignore des avertissements ou préoccupations légitimes.

Cassandre était cette princesse (fille du roi Priam et de la reine Hécube) qui pouvait voir l’avenir mais n’était jamais crue. Elle a reçu son don d’Apollon (tu sais le beau gosse de la mythologie grecque). Et comme elle a refusé de coucher avec lui, il a fait en sorte que ses prédictions ne soient écoutées (ou comprises ?) par personne.
Et c’est plutôt bête quand on sait qu’elle a quand même prédit la chute de Troie (tu sais avec le cheval de Troie tout ça, tout ça).
Son don était une malédiction… Elle a même prédit sa propre mort. Bref, elle n’a pas eu une vie heureuse, bien au contraire.

Emma se trouvait chanceuse quand elle lisait ce genre d’histoires parce qu’elle savait que elle, au moins, elle avait des petits moments de bonheur, des petits moments doux…
Elle aimait beaucoup la mythologie grecque, même si elle trouvait qu’être une femme dans ces légendes était loin d’être facile. En même temps, être une femme aujourd’hui est loin d’être facile aussi.

C’est toujours difficile de se sentir à sa place dans un environnement, nouveau ou pas. Emma aimait être seule avec son gros chat parce qu’elle savait qu’elle ne risquait rien, qu’elle ne serait pas jugée et que Mallow lui répondrait toujours un “Maowww” expressif. Surtout s’il a faim.
Elle se disait que les interactions seraient bien plus simple si les humains pouvaient simplement dire ce qu’ils pensent et exprimer ce qu’ils ressentent sans tabou, sans non-dit.

Mais les interactions sociales n’ont jamais été son fort, peut-être que c’est aussi pour ça que les personnes à qui elle parlait n’arrivaient pas à la croire. Sauf Jules. Il a toujours été le seul à lui faire aveuglément confiance.

Mais c’est peut-être aussi parce qu’elle n’arrivait pas intéragir avec les autres qu’elle a su tout remettre en question et rendre l’imaginaire possible. Elle ne pouvait pas s’empêcher de faire une chose que les gens lui disaient impossible. Elle se souvient de ce jour où des garçons lui ont dit “pirater une gamecube c’est impossible !”. Elle a simplement été en acheter une pour voir. Et finalement elle était déçue d’avoir réussi à jouer à un jeu téléchargé en moins d’une heure. Elle pensait que ça serait plus compliqué.

Toute sa vie est un défi, juste pour voir si elle peut le faire. Alors oui, souvent, elle tombe. Mais elle se relève et recommence. Toujours. Et c’est parce que c’est impossible de démanteler un réseau mafieux qu’elle souhaite essayer. Quitte à tomber. Même si dans ce cas, tomber signifie mourir. Elle le sait.

Ce qu’elle ne veut pas c’est faire tomber chacune des personnes qui la soutiennent. Car pour une fois, une seule fois dans sa vie, elle montre à ces gens que l’impossible peut être possible et qu’il y a toujours un chemin différent. Et pour une fois, une seule fois dans sa vie, elle n’est pas seule. Et ça fait toute la différence. Elle le sait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.