Emma se réveille, par terre sur une couverture, Mallow dans ses bras.

– Merde je t’ai encore bavé dessus… pardon petit bouchon…

Le chat Mallow baille tout en faisant les patounes à Emma. Elle se retourne et sent quelqu’un. Elle hurle.

– Putain mais c’est quoi ce bordel ?

Tout le monde s’était endormi les uns sur les autres… Jules et Enzo jamais très loin d’Emma. Son cri réveilla doucement les gens présents. Enzo baille et prend Emma dans ses bras.

– Bonjour petit coeur, tu te souviens de rien ?
– Je…
– Souviens-toi hier soir, le pizze, les bières…
– Je… je vois oui.

Jules se redresse…

– Petit coeur ? T’es sérieux là ?
– Ah. Euh. Et bien…
– Non… pas toi…
– Et bien…

Emma, réveillée mais toujours entre ses deux mondes se faufille dans les bras d’Enzo.

– Mais moi j’aime bien petit coeur, c’est crop meugnon.
– Tu comptais me le dire quand ?
– Mais… je t’en parle jamais de ça… j’vais pas te présenter les mecs et les meufs avec qui je couche quand-même…
– Vu comme ça… mais petit coeur quoi…
– Je te rappelle que toi c’est chaton et c’est pas mieux ?
– Ok un partout, je ne dis plus rien. Café ?
– Ouais.

Emma se lève, dépose un baiser sur le front d’Enzo et se dirige vers la cuisine avec Jules.

– C’était sympa mais on fait quoi maintenant ?
– J’sais pas on est quel jour ?
– Dimanche.
– Facile alors… on va à la messe.
– Toi ? Aller à la messe ?
– Comme quoi, y a un début à tout.

Jules ne la pensait pas sérieuse. Pourtant elle l’était. Comment toucher une population massivement croyante ? En allant la chercher là où elle est. L’odeur du café réveille les autres. Emma et Jules leur ramènent le café. Emma prend une grande inspiration et se lance.

– Faut aller à l’église.

Et tout le monde commence à rire. Emma, un peu gênée, boit son café et les laisse continuer de rire au sujet des prières à faire pour que dieu écoute la révolution et les aide par exemple. Où pour demander l’immortalité. Et à force de rigoler, Vittorio enchaîne sans réfléchir…

– Eh bien oui et comme tout le monde est à la messe le dimanche on peut leur demander de prier avec nous !
– Oh merde… ça vient de monter au cerveau… Piccolina tu veux dire que…
– Bah oui… les gens sont à l’église… on y va. Et on voit.

Et c’est comme ça qu’après un café bien corsé ils se mettent en route pour faire le tour des églises. Sauf qu’il y en a beaucoup. Ils savent qu’ils ne pourront pas couvrir toutes les églises en une matinée… mais ils tentent.
Ils commencent par l’église qui se trouve le plus loin pour reprendre finalement le chemin que les religieux prennent à Pâques.
Emma entre dans la première église. Elle n’est pas à l’aise. Elle ne croit pas en dieu et pense que la religion est simplement là pour tenir un peuple tranquille. Après tout, comme le disait Marx, “la religion est l’opium du peuple”. Et bien que sa famille était croyante, ses grand-pères et son père ne l’étaient pas et lorsqu’elle a commencé à se poser des questions, ils n’arrivaient pas mentir. C’était assez mal vu pour une famille italienne de ne pas croire en dieu… Mais elle s’y était faite et le vivait bien.

Elle se souvient, un jour, avoir croisé deux nonnes dans la rue. Elles ont arrêté Emma :

– Excusez-moi, mais croyez-vous en Dieu ?
– Non, pas vraiment non.
– Mais pourquoi ?
– Parce que si ton dieu existait pourquoi s’acharnerait-il contre moi ?
– Mais Dieu te donne des épreuves à surmonter !
– Je m’en passerais bien.
– C’est lui qui fait tout ce qui est beau sur Terre ! Le soleil, la nourriture !
– Et les guerres ? La famine ? L’horreur quotidienne que certaines personnes vivent, c’est lui aussi ?
– Oh non très chère, ça se sont les Hommes.
– Mais dieu n’a-t-il pas créé l’Homme à son image ?

Les deux nonnes s’étaient arrêtées là… Emma n’en revenait pas… mais comment dieu pouvait être là ? Comment pouvait-il laisser des gens impunis ?
Bref, entrer dans une église était la dernière des choses qu’Emma aurait voulu faire mais elle n’avait pas le choix. Pour rassembler les gens, pour une révolution il faut faire des sacrifices, et celui là n’est pas bien cher payé si ça fonctionne.

Le prêtre la regarde.

– Entre mon enfant. Tu veux dire quelques mots peut-être ?

Emma est surprise. Pourquoi lui laisserait-il dire quelques mots avant de commencer la messe ? Mais bon elle ne va pas refuser, après tout elle est là pour ça.
Elle avance le long de l’allée centrale, les regards se tournent vers elle. Elle balaye la salle des yeux. Elle se demande si toutes les églises sont aussi remplies que ça. Elle commence à paniquer. Trop de monde. Trop de gens. Trop de regards. Elle entend les gens chuchoter. Elle se sent mal. Elle arrive devant. Se retourne. Constate que les gens attendent. Elle a cette boule au ventre qui ne la quitte pas. Elle ferme les yeux. Respire profondément. Elle pense au sourire d’Enzo. Il est là, au fond de l’église. Il la regarde aussi. Elle commence timidement.

– Je… désolée, je ne suis pas faite pour parler en public, je ne sais pas faire ça.

Les nausées arrivent, elle se sent mal. Trop mal… Elle commence à mettre un pas devant elle pour quitter l’estrade. Elle voit un homme dans le fond se lever, regarder les autres.
Il lève son poing gauche et commence à chanter

Una mattina, mi son’ svegliato, o bella ciao, bella ciao, bella ciao, ciao, ciao
Una mattina mi son’ svegliato, e ho trovato l’invasor…

Les gens se lèvent et chantent avec lui. Le prêtre tente de calmer la salle. Sans succès. Emma chante avec eux, le prêtre la sort.
Il la prend par le bras droit et lui fait parcourir l’allée centrale en sens inverse. Elle continue à chanter. Son bras gauche est levé et elle ne s’arrête pas. Le prêtre la sort de l’église. Elle est suivie par ceux qui chantaient. Le chant continue sur les marches de l’église.
Jules a filmé toute la scène. Il l’a immédiatement envoyée sur Peertube.

Emma descend les marches.

– Merci. Merci à toutes et tous.
– Merci à toi ! On a dormi trop longtemps. Beaucoup trop.

Une vieille dame sort de l’église et s’approche d’Emma.

– Tu devrais avoir honte. C’est une honte ! Dans la maison du seigneur !
– Où est votre tolérance ?
– Et où est ton respect ?
– Facile dans…

Jules et Enzo l’arrêtent.

– Emma non !
– Madame, elle veut simplement ouvrir les yeux…
– On n’en veut pas ! On ne veut pas de mauvaise herbe chez nous. Qu’elle retourne d’où elle vient !

Emma sent la pluie venir dans ses yeux.

– Je vous prie de bien vouloir accepter mes plus sincères excuses. Je n’avais pas d’autre choix. Je vous ai blessée et je m’en rends compte. Je ne recommencerai plus.
– Tu as le droit de ne pas y croire. Mais nous c’est tout ce qu’il nous reste !
– C’est justement pour ça que je me bats. Parce que ce n’est pas normal qu’il ne vous reste que vos rêves et vos croyances !

La vieille dame s’en va en marmonant et en faisant quelques gestes de ses mains.

Un inconnu s’approche d’Emma.

– Piccolina… Elle…
– Ça va… je crois.

Emma rentre doucement chez elle, suivie par Enzo et Jules. Les autres restent sur place. Vittorio avait filmé la scène avec la vieille dame… il a fait la même que Jules. Directement sur Peertube.
Emma ne savait pas encore. Ils espèrent qu’elle ne le saurait jamais ou qu’elle l’apprendrait au cours d’une soirée où elle boirait un peu trop pour s’en souvenir.

Emma entre enfin chez elle, attrape son gros chat et se construit une cabane faite de couettes. Elle aimait se faire un petit havre de paix quand elle n’allait pas bien. Un endroit où rien ne peut l’atteindre.

Jules et Enzo la laissent se reposer. Ils savent qu’à part Mallow, personne n’est autorisé à entrer dans sa cabane couette. Ils savent qu’elle a pris un coup. Mais ils savent aussi qu’elle s’en remettra.

Emma quant à elle, voyait sa grand-mère en cette vieille dame. Qu’aurait-elle pensé ? Aurait-elle honte d’elle si elle avait été là ? Elle avait besoin de la voir… Mais on ne peut pas voir les morts. Elle regarde son gros chat…

– Tu crois qu’elle serait déçue toi ?

Il fait un petit miaww comme pour dire un “mais non t’es bête !“. Elle le serre contre elle et le gratouille. En moins de deux gratouilles, Mallow commence à ronronner aussi fort qu’une machine à laver des années soixantes. Il sait que ça apaise son humaine.

Emma s’endort contre Mallow pendant que Jules et Enzo parlent de ce qu’il s’est passé dans la cuisine… De temps en temps ils passent une tête pour surveiller que tout va bien… mais elle semble dormir paisiblement pour fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.