#MercrediFiction #2.5 – The End

Lucie avait écrit le résumé de ces premières journées.

– Hey Vic…
– Oui ?
– Et si ça servait à rien tout ça ?
– Je comprends pas…
– Et si ce n’était qu’un rêve ?
– Un cauchemar tu veux dire ?
– Oui, un cauchemar…
– Aussi longtemps ?
– Je sais pas, ce n’est jamais arrivé aussi longtemps je crois…

Victor pinça Lucie.

– AIEUUU BORDEL TU M’AS FAIT MAL !
– Tu vois, tu rêves pas donc.
– Ah… oui…

Lucie avait cette impression bizarre… Elle avait eu mal au pincement, mais beaucoup de choses semblaient la déranger. Pourquoi les routes étaient finalement praticables ? Comment Victor avait pu la rejoindre aussi vite ? Et pourquoi elle avait pu récupérer Groucha mais pas Lola ? Pourquoi les autres pays ont été touchés plus tard ? Et dans la nuit ? Et pourquoi elle n’avait toujours pas été touchée ? Pourquoi tout le monde a disparu mais pas elle ? Ni son meilleur ami ? Comment a-t-elle pu penser à ne rien oublier aux courses alors qu’elle était en panique ? Pourquoi les moyens de communication semblaient encore fonctionnels ? Trop de questions, aucune réponse…

Lucie commença à avoir la tête qui tourne, elle se mit sur une chaise. Groucha lui monta dessus et ronronna.

– C’est pas logique.
– Tu te prends trop la tête.
– Non tu comprends pas, c’est juste pas logique… depuis quand je n’oublie rien aux courses ?
– Ah oui là… et tu t’es même pas cassée la gueule dans les décombres…
– Voilà ! C’est ça ! Tu es d’accord non ? Il y a un truc, c’est juste pas possible !

Lucie tentait de se souvenir… Accident ? Jeux en réalité augmentée ? Elle ne se souvenait pas… Où simplement c’était la réalité… mais dans ce cas c’est bien la première fois de sa vie qu’elle avait autant de questions sans trouver une seule explication, ou du moins, un semblant d’explication.
Victor sortit de la pièce pour aller prendre l’air. Elle sortit peu de temps après… mais il n’y avait plus la voiture de Victor. Elle était seule avec Groucha.

Elle s’installa sur le canapé, Groucha toujours sur ses genoux et toujours en train de ronronner. Il n’avait encore jamais ronronné dans un endroit inconnu. Jamais aussi vite…

– Je suis endormie.

Elle sentit une pression sur sa main gauche, puis sur sa main droite… elle ferma les yeux et les rouvrit peu de temps après… elle avait soif, elle n’était plus dans un appartement, mais dans une grande chambre blanche, Victor était là, il lui tenait sa main droite. Elle essaya de parler mais en vain. Elle entendait des gens appeler au loin, c’était comme dans un rêve un peu étrange, cette sensation entre le rêve et le réel. Quelqu’un apporta de l’eau à Lucie, elle aspira le liquide par la paille… elle ne pouvait pas bouger.

Après quelques minutes elle tenta de parler…

– Je suis où ?

Personne ne répondit. Elle ne reconnaissait que Victor… elle savait bien qu’elle connaissait les autres personnes, mais impossible de mettre des noms dessus. Elle reposa sa question… Une femme s’avança.

– Tu ne te souviens vraiment de rien ? 
– Je suis où ?

Un grand monsieur avec une grosse moustache s’avança en pleurant…

– Ma petite puce…
– Je suis où ? Vous êtes qui ?

Elle avait toujours du mal à parler et elle commençait à paniquer… personne ne semblait vouloir répondre… Personne, jusqu’à ce que Victor se lance enfin.

– Lucie…
– Victor il se passe quoi ?
– Tu sais qui je suis ?
– Bien sûr, je suis où ?
– Hôpital…

Elle regarda… elle sentit Groucha ronronner sur son ventre.

– Hôpital ? Avec un chat ?
– Ils ont dit… Ils ont dit que c’était bon pour t’aider dans ton coma…
– Je… combien de temps ?
– 4 mois…
– Mais… comment ?
– Tu ne te souviens de rien ?
– Non…

Lucie sentit une larme couler sur son visage… elle leva doucement son bras pour sentir la fourrure de son chat, mais finalement toutes ses questions ont trouvé une réponse…

hackorn

Un peu magique, un peu trash, un peu tout, surtout rien. Mastodon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.